Ressource et gestion durable

haie 2
L’étude « portrait de Normandie » réalisée en 2005 a montré que « la haie du bocage » constitue l’un des symboles de la Normandie. La haie bocagère dessine la campagne normande et lui donne une architecture qui lui est propre. Véritable patrimoine naturel de notre région, le réseau bocager est aussi l’identité de notre région : lui redonner un intérêt économique est une garantie supplémentaire de sa préservation.

La haie: une caractéristique majeure du paysage normand

Les haies bocagères caractérisent le paysage de la Normandie, et en font la région avec un linéaire de haie le plus important, dont la Manche en tant que premier département bocager avec plus de 50000km de haies fonctionnelles véritables « forêt linéaire ».
linéaire haie normandie

La multifonctionnalité de la haie

Les fonctions de la haie sont multiples :

La fonction paysagère

Ces haies et petits boisements qui structurent traditionnellement les parcellaire agricole, constituent un aménagement agraire typique, le "bocage". La diversité de ce dernier et des savoirs faire locaux se traduit par une grande diversité de paysage. Ce bocage est donc un élément identitaire fort, offrant un cadre de vie agréable à ses habitants et constituant un attrait certain pour le tourisme. A noter que les haies permettent également d'intégrer les bâtiments agricoles ou les habitations dans ces paysages.

La fonction microclimatique et brise vent

Les haies protègent les cultures, les animaux, les bâtiments agricoles et habitations des vents dominants et des intempéries. En réduisant l'évapotranspiration et en régulant la température des sols, la haie participe également à la bonne conduite des cultures (précocité, amélioration des rendements des cultures)
haie 1

La fonction hydraulique, épuratrice et antiérosive

Les haies constituent de véritables "freins" au ruissèlement de l'eau de surface (en particulier pour les haies placées dans des terrains en pente et pour les haies sur talus).  Elles limitent ainsi les crues ou écoulements de boue et l'érosion des sols. L'ancrage

La fonction "stock" de carbone

Grâce au mécanisme de la "photosyhtèse", les arbres et végétaux de la haie piègent du carbone lors de leur croissance. De plus, la quantité de C02 dégagée lors de la combustion de ce bois est équivalente à celle captée par les arbres lors de leur croissance ("cycle du carbone"). Le bois est une ressource énergétique renouvelable et propre, son bilan carbone est neutre et, contrairement aux combustibles fossiles, le bois ne contient pas de souffre. Ce stockage et cet équilibre permettent donc de lutter contre l'effet de serre. Chaque tonne de bois produite équivaut ainsi à 0,5 tonne de CO2 fixé.
Selon l’ADEME, l’utilisation de 4 m3 de bois énergie permet d’économiser 1 tonne de pétrole et d’éviter en moyenne l’émission de 2,5 tonnes de CO2 dans l’atmosphère. De l’abattage à l’entrée à la chaudière, il faut 2,5 L de fioul pour produire 1m3 de bois déchiqueté. Or ce m3 de bois est égale du point de vue énergétique à 80l de fioul.

 La fonction biologique: biodiversité et auxilliaires

 Les haies abritent de nombreuses espèces animales (oiseaux, insectes, mammifères...) et végétales. Elles peuvent donc représenter un habitat, un refuge, une source de nourriture, un lieu de reproduction pour ces espèces.  Le réseau qu'elles constituent leur permet également de se déplacer et de relier ainsi différentes populations (notion de "corridor" biologique ou "trame verte").  Les haies abritent également la faune auxiliaire des cultures qui luttent contre les ravageurs. Composante majeure des corridors écologiques, le bocage constitue un enjeu régional majeur et sa préservation s’inscrit dans les politiques de maintien et de restauration des trames vertes et bleues.
Une diversité des types de haies est préférable pour répondre aux attentes des nombreuses espèces qui y vivent. De même, la présence d’une bande enherbée ou d’un fossé de part et d’autre de la haie contribue à sa richesse spécifique.

La fonction de production de bois

Le recépage, l'émondage et l'élagage des arbres produisent du bois de chauffage (buches, plaquettes). Les grumes obtenues à partir des arbres de haut jet sont sources de bois d'œuvre. Le bois issu des cépées peut également être valorisé en piquets de clôture ou en fagots.

La gestion durable du bocage

Le plan de gestion des haies: un outil essentiel

Le plan de gestion des haies, à l’instar des plans de coupe des forêts, a été mis au point par les chambres d’Agricultures de Normandie et la SCIC B²E, et est reconnu et aidé par les 3 Conseils Départementaux de l’ex Basse-Normandie, le Conseil Régional de Normandie et les Parcs Naturels Régionaux.
Il est en cours de certification au niveau national, par l’ensemble des acteurs de la filière « bocage » : L’AFAHC : L'Association Française Arbres et Haies Champêtres, Mission Bocage, Association Française d'agroforesterie, Association Permanente des Chambres d’Agriculture et 70 autres structures de territoire, qui défendent et développent le bocage.
Cet outil permet de définir le potentiel de production de chaque exploitation et établit un programme d’exploitation du bois afin de gérer durablement la ressource, pérenniser l’approvisionnement en bois des chaufferies.
Un projet de Label bois bocager est également en cours au niveau national avec l’AFAHC et certifiera les agriculteurs et les structures d’approvisionnement locales commercialisant du bois déchiqueté géré durablement issu du bocage.

Un plan de gestion des haies c’est quoi ?

  • Un état des lieux du linéaire de haies sur l’exploitation
  • Une planification de travaux : coupes, replantation…
  • Une estimation d’un tonnage de bois à prélever chaque année (= accroissement annuel)
  • Un maintien des arbres de hauts jets pour conserver un paysage bocager.
Il est dans le contrat de fournitures entre l’agriculteur et la structure d’approvisionnement qui commercialise le bois déchiqueté, structure qui n’accepte aucun bois d’arrachage sauf replantation compensatoire et demande le maintien d’un linéaire de haie constant. La garantie de provenance de proximité territoriale de moins de 20 km par rapport au lieu d’utilisation est aussi un critère important appliqué par les structures locales qui commercialisent le bois déchiqueté.

Exemple de plan de gestion

pgh

capital haie pgh

Seul l’accroissement annuel est prélevé, pas le capital.

Avantages des plans de gestions des haies

Pour l’agriculteur

  • Estimation de ses potentialités
  • Gestion durable de la haie et atouts environnementaux revalorisés
  • Récolte d’un volume constant de plaquette par an
  • Régénération du linéaire vieillissant et augmentation de la productivité générale des haies
  • Outil de conseil
  •  

Pour le Client

  • Garantie d’approvisionnement
  • Mise en place de contrats calés sur la production
  • Connaissance des volumes disponibles (ou pas) sur un territoire
Ce plan de gestion des haies permet à la filière bois énergie issu du bocage d’être dans une démarche de gestion durable.

NB : 1km de haie bien gérée produit autant qu’un ha de taillis forestier soit en moyenne 5 tonnes de matières sèche/ha/an.

L’utilisation de 200 tonnes de plaquettes bocagères, c’est environ 2.4km de haie entretenu par an soit 36 km de haie en rotation de 15 ans entretenues sur votre territoire.

Partenaires